Antigone

JPEG

Première grande co-production franco-palestinienne en matière théâtrale, une Antigone palestinienne a été créée le 28 mai 2011 au Théâtre National Palestinien de Jérusalem-Est, étape initiale d’une tournée dans les Territoires Palestiniens (Ramallah, Naplouse, Bethléem) et en Israël (Haïfa) avant une tournée de plusieurs mois en France en 2012. Ce spectacle est le fruit d’un long travail mené conjointement par le Théâtre National Palestinien et le Théâtre des Quartiers d’Ivry avec 7 acteurs, tous palestiniens, dirigés par un metteur en scène français. Une quinzaine de directeurs de théâtres français, ainsi que plusieurs journalistes, ont assisté à cette première.

Deux mois auront été nécessaires à Adel Hakim, Codirecteur du Théâtre des Quartiers d’Ivry et metteur en scène, pour monter, avec l’équipe du Théâtre National Palestinien de Jérusalem-Est, cette Antigone en Palestine, où le texte de Sophocle connaît une résonance toute particulière à la fois aux oreilles d’un public qui se reconnaît dans le destin de cette héroïne grecque emmurée et dans le coeur des acteurs qui voient le texte qu’ils interprètent comme un écho à leur condition.

Jouée en arabe, avec surtitrages en français, dans un décor conçu sur place et représentant un mur percé de dizaines de meurtrières où sont projetés certains passages du texte original en grec, la pièce intègre également quelques vers du poète palestinien Mahmoud Darwich, qui n’a pu, comme Polynice, être inhumé dans sa terre et dont la voix fait écho à la musique lancinante du Trio Joubran.

Photo Nabil Boutros

publié le 09/06/2011

haut de la page