Atomes crochus

Dans le domaine de la physique, la force d’attraction de la Palestine n’est plus à prouver. C’est ce qu’ont montré, durant la seconde semaine de mai, les trois visites croisées du Professeur Claude Cohen-Tannoudji, Prix Nobel de Physique 1997, du Professeur Albert Fert, Japan Prize et Prix Wolf 2007, et du Professeur Annick Suzor-Weiner, vice-présidente de l’université Paris XI.

Quel lieu plus photogénique, pour les retrouvailles d’un maître avec son ancienne élève de l’Ecole Normale, que le campus flambant neuf de l’université al-Najah ? Certes, le 8 mai dernier, la présence simultanée à Naplouse de Claude Cohen-Tannoudji et d’Annick Suzor-Weiner n’avait rien d’un hasard : tous deux étaient les invités de marque du second colloque international de physique organisé par le Professeur Sami Jaber, doyen de la faculté des sciences. Une centaine de personnes étaient venus les entendre parler d’atomes, de lumière et de coopération universitaire.

JPEG

La visite du Professeur Cohen-Tannoudji à Naplouse s’inscrivait dans le cadre d’un voyage en Israël et en Jordanie. Après avoir assisté à la Conférence de Naplouse, il devait visiter les Universités de Tel Aviv et Beer Sheva où il donnait trois conférences, puis se rendre à Petra où il participait à une réunion de Prix Nobel discutant des perspectives de développement dans cette région du monde. Il consacre beaucoup d’efforts au sein de divers organismes pour promouvoir l’établissement de coopérations scientifiques entre chercheurs israéliens et palestiniens.

Mais Naplouse n’a pas été la seule à profiter de la venue de ces physiciens : la vice-présidente de l’université Paris-Sud, le lendemain, annonçait à l’Université de Birzeit son soutien à la création d’un centre d’excellence en mathématiques et en physique théorique, appuyé sur une chaire UNESCO. Annick Suzor-Weiner n’en est pas à ses débuts en Palestine : elle anime pour la France le réseau PEACE (Palestinian European Academic Cooperation in Education), qui a, depuis douze ans, beaucoup oeuvré pour les universités palestiniennes.

Une visite à l’Université de Birzeit a été aussi une étape importante du séjour du physicien Albert Fert venu en Israël présenter des séminaires dans plusieurs universités et également recevoir le Prix Wolf pour des découvertes qui ont fait progresser la technologie des ordinateurs.

publié le 09/03/2010

haut de la page