Bernard Kouchner et Salam Fayyam signent une convention d’aide budgétaire de 25 M€ à Sharm el Sheikh

A l’occasion de la conférence sur le soutien à l’économie palestinienne pour la reconstruction de Gaza, Bernard Kouchner a signé le 2 mars à Sharm el Sheikh avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Salam Fayyad une convention d’aide budgétaire de 25 M€. La France et l’Autorité palestinienne sont convenues d’affecter 5 M€ à la reconstruction de maisons individuelles à Gaza. Le versement de la totalité de cette aide budgétaire en début d’année vise à créer un effet d’entraînement à l’égard des autres donateurs.

Au total, la France versera aux Palestiniens 68 M€ en 2009, dont 25 M€ d’aide budgétaire, 32 M€ d’aide projet et 11 M€ d’aide humanitaire et alimentaire. Plus de 40% des sommes collectées serviront à soutenir la bande de Gaza.

La France contribuera notamment, avec ses partenaires, à la réhabilitation et la modernisation de l’hôpital Al Quds à Gaza. Une mission française s’est rendue sur place en février.

La France, qui a pris l’initiative d’organiser la Conférence des donateurs pour l’Etat palestinien en décembre 2007 continue donc à respecter les engagements pris à Paris afin d’accompagner le plan de réforme et de développement (2008-2010) de l’Autorité palestinienne.

Nous continuons d’aider les habitants de Gaza, comme nous l’avons fait au moment de la crise : 3 M€ d’aide immédiate ont été versés en début d’année, sous forme de subventions à des organisations internationales et des ONG. La France avait aussi envoyé 9 avions d’aide médicale et 200 personnels. Au total, l’ensemble de l’aide française immédiate a représenté un montant de 5,1 M€.

Mais la reconstruction de Gaza n’est pas seulement une question de budget. La situation humanitaire et économique ne pourra durablement s’améliorer que par l’ouverture permanente des points de passage. Sans cette ouverture, la reconstruction de Gaza ne sera pas possible.

L’Autorité palestinienne, qui a prouvé ses capacités à obtenir des résultats, notamment en matière sécuritaire et de gestion des finances publiques, doit être au cœur de cette reconstruction.

2009 doit être l’année de la création de l’Etat palestinien. La relance et l’aboutissement rapide du processus de paix est une priorité. La France entend y contribuer.

publié le 13/03/2009

haut de la page