Centre culturel français Chateaubriand

JPEG Pour Robert Horn, directeur du CCF de la rue Salah Eddin à Jérusalem, le choix du nom de Chateaubriand s’est imposé de lui-même.

Manquait-il un petit quelque chose au Centre pour qu’il puisse être plus que le "CCF de l’Est" ?

Nous y pensions l’année dernière : pourquoi ne pas donner un nom au CCF de la rue Salah Eddin ? Il y a le CCF Romain Gary à l’Ouest (du nom d’un écrivain français du XXe siècle)...et le CCF de la rue Salah Eddin à l’Est ! Il fallait trouver un personnage connu qui ait un quelconque rapport avec Jérusalem...et ils étaient rares si nous voulions rester dans le domaine des arts.

Qui a eu l’idée de renommer votre CCF Chateaubriand ?

Comme 2006 se trouvait être le 200e anniversaire du voyage de Chateaubriand de Paris à Jérusalem et comme nous allions fêter les 20 ans du CCF de la rue Salah Eddin à l’automne 2007... le rapprochement entre ces deux événements était devenu limpide. Nous avons donc décidé de créer un événement autour de Chateaubriand en organisant un colloque, une exposition et en nommant notre Centre le « CCF Chateaubriand » à l’occasion de son 20e anniversaire.

Une citation de Chateaubriand qui vous plait particulièrement ?

Je retiendrai celle-ci, parmi beaucoup d’autres, dans un registre philosophique : "On n’apprend pas à mourir en tuant les autres" : un message de paix et de fraternité qui a encore tout son sens.

En savoir plus

publié le 22/01/2008

haut de la page