Cérémonie républicaine organisée au Domaine national de Sainte-Anne

A la suite de l’annulation, pour raisons de sécurité, de la fête nationale du 14 juillet au Domaine de Sainte-Anne, le Consul général de France a souhaité organiser une cérémonie le 22 octobre, à une date rapprochée de l’anniversaire de l’adoption de la Constitution de la Cinquième République (4 octobre 1958).
Le Gouverneur de Jérusalem, des membres de la communauté française mais également des dignitaires religieux et des représentants de la communauté diplomatique et internationale à Jérusalem ont été accueillis au Domaine national de Sainte-Anne par le Consul général et son épouse.

JPEG

Discours de Son Excellence, M. Herve MAGRO, Consul général de France à Jérusalem :

Monsieur le Gouverneur, représentant du Président Mahmoud Abbas
Vos Béatitudes les Patriarches Latin et Orthodoxe de Jérusalem
Messeigneurs,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs,
Mes chers compatriotes, chers amis

C’est un immense plaisir pour ma femme et moi de vous voir réunis ce soir, ici à Saint Anne lieu hautement symbolique de la présence française à Jérusalem. J’en suis d’autant plus heureux que nous avions du repousser la réception qui était prévue pour notre Fête nationale en raison des circonstances difficiles du mois de juillet. Mais il était important que nous soyons fidèles à cette grande tradition qui unit la Vieille Ville et la France depuis si longtemps. Je vous remercie chaudement pour votre présence.
Avec mon épouse nous aurions évidemment souhaité que notre première cérémonie ici se passe différemment. Ce lieu, si extraordinaire, représente déjà beaucoup pour nous : c’est en effet ici que, comme mes prédécesseurs, j’ai achevé la cérémonie d’intronisation du nouveau Consul général de France peu de temps après mon arrivée. C’est ici également que le Président de la République, François Hollande, a reçu les dignitaires religieux et des représentants de la société civile, lors de sa visite officielle en novembre dernier. C’est ici aussi que s’achève la procession des Rameaux, un moment fort pour tout Chrétien. Je voudrais donc saluer tout particulièrement les Pères blancs, et les sœurs – dont j’ai déjà eu l’occasion d’apprécier les talents culinaires –, pour la chaleur de leur accueil.
Le Président François Hollande n’a pas manqué de rappeler à quel point nos relations sont basées sur la confiance réciproque et sur la promotion de la paix. Cette amitié, pétrie par les siècles et par notre histoire commune, a su rester forte et est toujours aussi vive aujourd’hui. Nous ne pouvons que nous nous en féliciter. Mais le Président n’a pas manqué de rappeler non plus que la protection des communautés religieuses, tâche qu’assume le Consulat général de France avec fierté, a une importance accrue en ces temps difficiles : elle n’est pas vide de sens, à un moment où la France s’inquiète de la situation précaire des Chrétiens au Proche-Orient. Nous sommes là pour faire en sorte qu’ils soient, à nouveau, un pont entre les différentes communautés. Et pour remercier tous ceux qui travaillent pour le dialogue inter religieux, si difficile mais si nécessaire aujourd’hui où les extrémismes de tous bords nous menacent.

Mesdames, Messieurs,
Chers amis,
Les terribles événements des mois de juillet et d’août à Gaza qui ont touché particulièrement les populations civiles sont inacceptables. Ils ne doivent pas se répéter. 3 guerres en 6 ans s’est déjà trop. Comme l’a dit le ministre Laurent Fabius à la conférence pour la reconstruction de Gaza, « il faut arrêter ce cycle dramatique et absurde. Nous devons tirer les leçons du passé. L’objectif reste clair : un Etat de Palestine indépendant, démocratique, contigu et souverain, vivant dans la paix et la sécurité aux côtés d’Israël, sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux Etats. Cette solution des deux Etats nous apparaît aujourd’hui menacée sur le terrain notamment par la colonisation. Face à ce danger, il nous faudra bien, à un moment, reconnaître l’Etat palestinien ».

Notre coopération est au service de cet objectif. Notre amitié est en effet faite avant tout de projets concrets, de soutien aux institutions palestiniennes, et d’appui à différents secteurs – culturels, économiques, humanitaires notamment. Je pense bien évidemment à nos partenaires, institutionnels ou privés, aux municipalités qui s’efforcent de faire vivre l’amitié franco-palestinienne au jour le jour. Je remercie tous ces acteurs pour leur dévouement au service de cette belle cause.

JPEG
JPEG

Mesdames, Messieurs,
Chers amis,
Je souhaite, pour finir, dire un mot sur les conseillers consulaires, récemment élus dans le cadre de la réforme de la représentation des Français de l’étranger engagée l’année passée. Les 23 000 Français de la circonscription consulaire de Jérusalem ont désormais 5 représentants qui seront leurs porte-paroles sur tous les sujets qui les préoccupent. N’hésitez pas à les contacter. Sachez en tout cas que l’équipe consulaire reste constamment à votre écoute. Beaucoup de travail reste encore à faire, j’en suis conscient ; mais soyez certains que nous allons travailler de concert pour faciliter vos démarches et relayer vos préoccupations.
Je conclurai par un mot de remerciements à nos sponsors, sans qui nous ne pourrions célébrer ce soir l’anniversaire de la Vème République avec le même éclat. Je les remercie pour leur fidélité et leur soutien sans failles.
Encore une fois, au nom de l’équipe du Consulat général de France à Jérusalem, merci à vous tous.

JPEG
JPEG
JPEG

publié le 15/11/2016

haut de la page