Communiqué de presse du porte parole du Ministère des Affaires étrangères et européennes sur la situation dans la bande de Gaza, Paris, 15 janvier 2009

Nous condamnons avec la plus grande fermeté les bombardements ce matin par l’armée israélienne de plusieurs hôpitaux et d’un immeuble abritant des media internationaux à Gaza ville.

Israël doit s’abstenir de toute action contraire au droit international, qu’il s’agisse du droit international humanitaire ou de la résolution 1738 du Conseil de sécurité des Nations unies sur la protection des journalistes dans les conflits armés.

Nous condamnons avec la même fermeté le bombardement qui a touché le siège de l’UNRWA à Gaza, blessant trois membres de son personnel. A la suite de cette attaque israélienne, l’UNRWA a décidé de suspendre ses activités à Gaza. Si nous comprenons les raisons de sécurité qui motivent cette décision, nous sommes comme l’UNRWA particulièrement inquiets de ses conséquences sur les conditions de vie déjà insupportables des populations civiles.

La France est attachée à l’accomplissement de leur action essentielle par l’UNRWA et les organismes des Nations unies à Gaza comme par les organisations humanitaires non gouvernementales. Tout doit être fait pour leur permette de remplir leurs missions.

Alors que les combats se déroulent dans les zones densément peuplées et au cœur de la ville de Gaza, nous réitérons d’autant plus fortement notre demande d’un cessez le feu sans délai, afin d’épargner la population civile dramatiquement touchée par vingt jours de conflit et de permettre l’accès à l’aide humanitaire.

publié le 03/03/2009

haut de la page