Communiqué faisant suite à la rencontre entre le Président de la République et M. Benyamin NETANYAHOU, Premier ministre d’Israël

Le Président de la République a eu une discussion approfondie sur le Proche et le Moyen-Orient avec le Premier ministre de l’Etat d’Israël, M. Benyamin Netanyahou, à l’occasion de sa première visite officielle en France depuis les élections législatives israéliennes de février dernier.

Le Président de la République a rappelé, avec la même force que lors de son discours devant la Knesset, le 23 juin 2008, que la France ne transigera jamais sur la sécurité d’Israël. Cet engagement est au cœur de la relation d’amitié et de confiance qui unit nos deux pays. A cet égard, le Président de la République a de nouveau marqué clairement que la perspective d’un Iran nucléaire est inacceptable.

Le Président de la République a aussi rappelé que la création d’un Etat palestinien indépendant, démocratique, moderne, viable, apaisé et pacifique, vivant en paix et en sécurité aux côtés d’Israël, constitue l’une des meilleures garanties de sécurité à long terme pour Israël.

Le chef de l’’Etat a salué la perspective d’un Etat palestinien, tracée par M. Netanyahou lors de son discours du 14 juin, à l’Université Bar Ilan de Tel-Aviv. Ce discours marque une avancée importante en direction de la seule solution possible, celle des deux Etats pour deux peuples. Le Président Sarkozy a précisé que le futur Etat palestinien ne pourra en aucune manière constituer une menace à la sécurité d’Israël.

La France est disposée à contribuer à une force internationale, notamment avec les Etats-Unis et ses partenaires de l’Union européenne. Elle est également prête à offrir des garanties de sécurité substantielles, auxquelles M. Netanyahou a fait appel dans son discours, afin d’aboutir à un accord de paix puis de le mettre en œuvre. La France est aussi disposée à favoriser une reprise des négociations sans délais et sans pré-conditions, en vue d’un accord sur l’ensemble des paramètres du statut final. La France demande un engagement rapide de la communauté internationale pour parrainer de telles négociations, ainsi que la mise en œuvre d’’un cadre régional de paix.

Dans ce contexte, le Président de la République a appelé Israël à prendre, sans attendre, toutes les mesures possibles pour encourager la confiance, à commencer par le gel total des activités de colonisation, ainsi que l’amélioration décisive des accès et mouvements pour les populations civiles palestiniennes.

Le chef de l’Etat a évoqué la situation notre compatriote Gilad Shalit, retenu en otage désormais depuis 3 ans à Gaza, et dont la libération constitue une priorité pour la France. Il a fait part de la totale disponibilité de la France à prendre de nouveau toute initiative utile pour aider à cette libération.

Le Président a salué les efforts égyptiens pour consolider le cessez-le-feu à Gaza et permettre l’’ouverture et la reconstruction de ce territoire.

Il a rappelé sa conviction que la Syrie et le Liban peuvent jouer un rôle positif décisif pour contribuer à la paix dans la région et a encouragé une reprise du processus de paix sur ces deux volets.

publié le 25/06/2009

haut de la page