Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères (19 août 2009)

Est-ce que les dernières positions du gouvernement israélien sur les implantations sont satisfaisantes pour la France ? Israël s’engage à ne plus permettre d’appel d’offres en Cisjordanie jusqu’à 2010 ? Est-ce que cette proposition va assez loin et correspond-t-elle aux demandes du Quartet ?

Si cette décision était officiellement confirmée et appliquée sur le terrain, il s’agirait d’une mesure positive et, nous l’espérons, d’une première étape vers un gel complet de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, que la France et ses partenaires européens appellent de leurs vœux, conformément à la feuille de route.

Est-ce que le vœu de la France d’une conférence internationale sur le Proche-Orient, réaffirmé à plusieurs reprises récemment par le président de la République, a des chances accrues d’être écouté, à la lumière de divers signes positifs sur le terrain, en recevant l’aval du partenaire américain qui doit présenter de son côté une initiative de paix en septembre ?

Notre priorité reste la relance urgente du processus de paix, avec pour perspective la création d’un Etat palestinien indépendant, viable, vivant en paix et en sécurité au côté d’Israël.

Nous sommes convaincus qu’une initiative internationale rassemblant les acteurs concernés au plus haut niveau pourrait contribuer à enclencher une véritable dynamique de paix. Dans ce but, nous poursuivons d’étroites consultations avec les principaux pays de la région, notamment l’Egypte, ainsi qu’avec les Etats-Unis.

publié le 20/08/2009

haut de la page