Déclaration locale de l’Union européenne sur les travaux de construction du mur de séparation à Crémisan

JPEG

Déclaration locale de l’Union européenne sur les travaux de construction du mur de séparation à Crémisan

15 avril 2016

Les missions de l’Union européenne à Jérusalem et Ramallah sont vivement préoccupées par la reprise des travaux de construction du mur de séparation dans la vallée de Crémisan. Une fois achevé, ce mur entravera l’accès de près de 60 familles palestiniennes à leurs terres agricoles et aura de graves conséquences sur leurs moyens de subsistance.

Les missions de l’Union européenne à Jérusalem et Ramallah rappellent la ferme opposition de l’Union européenne à la politique de colonisation menée par Israël ainsi qu’aux différentes actions prises dans ce contexte, qu’il s’agisse de la construction du mur de séparation au-delà des lignes de 1967, des démolitions et confiscations – y compris de projets financés par l’Union européenne – des expulsions et transferts forcés – y compris de Bédouins –, des avant-postes illégaux, de la violence des colons ainsi que des restrictions en termes de mouvement et d’accès, comme l’ont récemment rappelé les conclusions du Conseil Affaires étrangères de l’Union Européenne du 18 janvier 2016. Les chefs de missions à Jérusalem et Ramallah se sont rendus à plusieurs reprises sur le site prévu pour cette construction. Ils ont exprimé leur préoccupation s’agissant du tracé du mur et rappelé que le mur de séparation est illégal au regard du droit international lorsqu’il est construit en territoire occupé.

Le lien vers la déclaration locale de l’Union européenne ici.

publié le 06/12/2016

haut de la page