Février à l’Institut Français de Ramallah

Depuis janvier 2012, le centre culturel français de Ramallah est devenu l’Institut français de Ramallah, avec une nouvelle identité visuelle que l’on retrouve dans l’ensemble du réseau culturel français à l’étranger. Nous vous dévoilons également ce mois-ci notre nouveau programme, au design moderne et épuré, réalisé en trois langues (français, allemand, arabe) avec nos partenaires du Goethe Institut de Ramallah. Le programme mensuel du Centre culturel franco-allemand est envoyé par mail et disponible en version papier dans de nombreux lieux publics dans l’ensemble de la Palestine. Parmi les activités de février, un atelier destiné aux professionnels palestiniens et dirigé par l’expert français Thierry Lenouvel où seront passés en revue tous les grands sujets liés à la coproduction de films. Ce sera l’occasion de rappeler aux cinéastes palestiniens qu’il est encore temps de faire parvenir leur projet de documentaire qui pourrait être retenu lors de Ramallah Doc., la pitching commission que nous organisons depuis 4 ans en partenariat avec Arte et StoryDoc. L’exposition « un métro à Gaza » de Mohamed Abusal, très remarquée en Palestine et à l’étranger, sera présentée à Ramallah à partir du 16 février dans la galerie du centre culturel franco-allemand en présence de l’artiste.
Une autre exposition, issu d’un projet franco-allemand et réalisée autour de la phrase de l’écrivain Khalil Gibran « le livre est un jardin que tu portes dans ta poche » par des enfants palestiniens qui apprennent le français ou l’allemand, sera inaugurée à la médiathèque R. Schuman le 9 février. Parmi les nombreuses propositions cinématographiques, dont « Un poison violent » sous-titré en arabe et présenté au CCFA et au ciné-club de l’Université de Birzeit, nous vous proposons, en avant-première à Ramallah, la projection de The Law in these Parts (« La loi dans ces lieux », grand Prix du Jury au Sundance Festival 2012), un documentaire qui interroge, témoignages à l’appui, le sens des lois prises par l’occupant israélien dans les Territoires palestiniens. Le débat d’idées n’est pas en reste avec la présentation d’un ouvrage collectif sur l’avenir de la Palestine et, surtout, la discussions des conclusions de ce livre entre deux des auteurs français, présents à Ramallah dans le cadre de notre coopération avec l’Université de BirZeit et un chercheur et un journaliste palestiniens francophones. Enfin, l’offre pour l’apprentissage du français s’enrichit avec des ateliers théâtre et de traduction, ainsi que du français du tourisme : venez vous renseigner au centre de langue de l’Institut français de Ramallah !

PNGMercredi, 01.02.2012
Présentation du livre : « Kairos for Palestine » en présence de l’auteur Rifat Odeh Kassis
Débat animé par Hind Khoury, ancienne ambassadrice de la Palestine à Paris
CCFA à 17 heures
En 2009, l’initiative « Kairos Palestine » a été lancée avec la publication d’un document qui cherche à mobiliser les communautés chrétiennes dans le monde entier pour la cause de tous les Palestiniens. C’est un appel non-violent contre l’injustice frappante subie par le peuple palestinien à cause de l’occupation israélienne.
Le livre « Kairos for Palestine » naît de cet appel universel. Rédigé par le coordinateur de l’initiative Rifat Odeh Kassis, l’ouvrage expose à la fois ses expériences personnelles de la lutte palestinienne, le contexte historique du conflit et une analyse actuelle du printemps arabe.

PNGJeudi, 02.02.012
CinéMémoires : « Jacquot de Nantes » d’Agnes Varda et « La chandeleur » : dégustation de crêpes
France 1991, 118 min, V.O. française sous-titrée en anglais
CCFA à 17 heures
Le 2 février est un jour férié chrétien. Mais aujourd’hui, c’est surtout la journée où les français cuisinent ce qu’ils peuvent faire le mieux : des crêpes. Venez déguster ce délice de la cuisine française et regardez « Jacquot de Nantes » :
Le petit Jacquot grandit au dessus du garage familial à Nantes dans les années 1930. Toute sa famille chante et va au théâtre et au cinéma. Jacquot est attiré par toute forme de spectacle et avec sa mini-camera il commence à tourner un premier film.
Le film retrace l’enfance et l’adolescence du réalisateur Jacques Demy. Malgré la guerre et les années d’après-guerre, c’est une enfance heureuse.

Samedi et dimanche, 04. et 05.02.2012
Workshop pour des producteurs de film donné par le producteur français Thierry Lenouvel (Sud Promotion)

PNGDimanche, 05.02.2012
My French Film Festival.com : « Un poison violent » de Katell Quilévéré
France 2010, 92 min, français sous-titre en arabe
CCFA à 18 heures
Cet été-là, tout change pour Anna. A son retour de l’internat, elle découvre que son père a quitté la maison.
Sa mère, effondrée par cet abandon, trouve refuge auprès du jeune prêtre du village.
Anna se raccroche à son grand-père, tendre et fantaisiste. Elle prépare aussi sa confirmation, dernière étape dans sa vie de croyante. Mais la naissance de son désir pour Pierre, un garçon libre et solaire, la fait vaciller.
Une part secrète d’elle même cherche à se donner corps et âme, à Dieu ou à quelque chose d’autre…

PNGJeudi, 16.02.2012
Vernissage « Un métro à Gaza » en présence de l’artiste Mohamed Abusal
CCFA à 17:30 heures
Après quelques mois de résidence en 2011 à la Cité Internationale des Arts de Paris, Mohamed Abusal est revenu à Gaza avec dans ses valises un projet résolument ambitieux et qu’il a pu mûrir dans les sous-sols parisiens : imaginer un métro à Gaza. Après tout Gaza c’est une population de 1,6 millions d’habitants sur 360 km carrés, c’est-à-dire une des zones les plus densément peuplées au monde, avec une circulation souvent chaotique. Alors pourquoi pas un métro qui permettrait de relier rapidement et confortablement Beit Lahia à Rafah, ou Beit Hanoun à Mawasi ?

Mais nous sommes à Gaza en 2011… Et Abusal est artiste et pas entrepreneur de travaux public. C’est donc dans le rêve, la poésie, le beau et l’humour qu’il a dessiné le plan de son métro et de ses stations. Installant sa "bouche de métro" avec son "M" lumineux partout dans la Bande de Gaza, il a passé des jours à la photographier dans les lieux gazaouis les plus insolites, suivant son "plan de métro de Gaza", carte fantasmée qui lui permettait finalement de redécouvrir avec passion un territoire qu’il avait laissé pour quelques mois durant son séjour parisien. Avec son métro imaginaire et bricolé, Mohamed Abusal ne nous amène pas sous terre, mais nous transporte en fait, non sans une certaine mélancolie, dans des rêves de vie et de liberté.

L’exposition sera montrée jusqu’à jeudi, le 1er mars et sera ouverte de dimanche à jeudi de 9:00 heures à 20:00 heures et le samedi de 14:00 heures à 20:00 heures.

PNGMardi, 14.02.2012
Rétrospective « Sous le Soleil de Sandrine Bonnaire »
Film n° 2 « La Cérémonie » de Claude Chabrol
France 1995, 111 min, V.O. française sous-titrée en anglais
CCFA à 18 heures
« Sous le Soleil de Sandrine Bonnaire » est une rétrospective dédiée a la radiante et pétillante comédienne française.
Sophie, une fille timide travaillant pour la famille bourgeoise Lelièvre, cache son analphabétisme sous une attitude de domestique parfaite et soumise. Elle trouve une amie dans la receveuse des postes Jeanne, une femme énergétique et intransigeante, qui l’encourage de se rebeller contre ses employeurs. Le drame commence quand les Lelièvres découvrent que Sophie ne peut pas lire et héberge Jeanne dans la maison contre leur vœux.

PNGDimanche, le 26 février 2012 à 18 heures
« The Law In These Parts » du réalisateur Ra’anan Alexandrowicz
Israël 2011, 98 min, V.O. en hébreu sous-titrée en arabe / V.O. en hébreu sous-titrée en anglais
Avec la présence exceptionnelle du réalisateur
CCFA à 18 heures

Est-ce que une démocratie moderne peut imposer une occupation militaire endurée sur un autre peuple tout en gardant ses valeurs démocratiques ?
Depuis la conquête de la Cisjordanie et de Gaza pendant la guerre de 1967, le militaire israélien a imposé des milliers d’ordres et de lois, a établi des cours militaires, condamné des centaines de milliers de Palestiniens, a permis à un demi million de « colons » israéliens de s’installer dans les territoires occupés et il a développé un système de juridiction d’occupation unique dans le monde entier.
Les hommes ayant crée ce cadre juridique était des membres du corps juridique de l’armée israélienne. En répondant à une réalité en changement permanent, ces professionnels sont face à des dilemmes juridiques et moraux complexes pour développer un système d’occupation de « rule by law » sous la supervision de la Cour Suprême d’Israël et en accord, selon Israël, avec la loi internationale.
The Law In These Parts raconte cette histoire peu connue par le biais des témoignages des architectes de ce système. Le film essaie de demander des questions primordiales souvent évitées : Est-ce que cette occupation peut être achevée en restant dans le cadre des principes du « rule-of-law » ? Devrait-elle y rester ? Quels coûts à la société engagée dans un tel exercice de long-terme ? Et comment en faire un documentaire ?
En coopération avec The Educational Bookshop (Jérusalem)

Mercrdi, 29.02.2012
Café Littéraire avec le poète Yousef Al-Mahmoud
CCFA à 18 heures
Yousef Al- Mahmoud, né à Anza / Jenine en 1965, est un journaliste et un poète qui a travaillé dans plusieurs journaux palestiniens. Il est l’auteur de trois recueils de poésies dont « L’hauteur d’œillet » paru il y a trois mois. Il est membre fondateur de la « Palestinian Broadcasting Corporation » et aussi de la « Maison de la poésie palestinienne ».

publié le 02/02/2012

haut de la page