Février ou le « Mois du Cinéma Palestinien »

Le Consulat Général de France à Jérusalem a organisé en février le festival du Mois du Cinéma Palestinien pour soutenir cet art encore jeune en Palestine et faire connaître au grand public ses productions les plus récentes.

JPEG

Parmi les films projetés au cours du Mois du cinéma palestinien, six avaient déjà été sélectionnés dans des précédents festivals, tels que Le sel de la mer d’Annemarie Jacir qui avait eu droit à la catégorie
« Un certain regard » au Festival de Cannes ou Lesh Sabreen de Muayad Alayan qui avait été sélectionné au Festival du Court Métrage de Clermont-Ferrand. Les réalisateurs Enas Muthaffar et Muayad Alayan avaient en outre été invités au festival Travelling de Rennes.

Tous ces films ont reçu le soutien de la France (Fonds Sud) ou du Consulat Général de France à Jérusalem.

L’idée de ce festival est née du constat que le cinéma palestinien n’est pas nécessairement bien connu du public palestinien. Les films produits en Palestine sont surtout projetés à Ramallah. C’est la raison pour laquelle les villes de Jérusalem, Bethléem et Naplouse ont aussi été associées à ce festival.

JPEG

Le festival du Mois du cinéma palestinien a été célébré lundi 23 février lors d’une réception à la résidence du Consul Général de France. Nombre de cinéastes palestiniens ont été invités à cette occasion, notamment Najwa Najjar, Sameh Zoabi, Riyad Deis ou Enas Muthaffar. mais aussi Itidal Ismail, Chargée du Département Cinéma au Ministère de la Culture palestinien, Nibal Thawabteh, directrice de l’Institut des Médias de l’Université de Birzeit et Jamal Ghosheh, directeur du Théâtre National Palestinien étaient aussi présents.

Le Consul Général de France à Jérusalem a souligné l’intérêt de la France pour le cinéma palestinien et sa volonté de soutenir cet art « qui défend l’existence d’un peuple, de son histoire et de sa culture ».

JPEG

Ce Festival aura permis à près de deux mille spectateurs de découvrir et d’apprécier le cinéma palestinien. Cette première édition couronnée de succès pourrait bien se renouveler l’année prochaine. Pas moins de 4 films sont en cours ou presque achevés et pourraient nourrir l’édition 2010 du « Mois du Cinéma Palestinien ».

publié le 08/04/2009

haut de la page