Focus du mois de février : la France soutient un projet de préservation du patrimoine palestinien

La France mobilisée pour la préservation et la valorisation du patrimoine palestinien : Projet du fonds de solidarité prioritaire « Patrimoine »

La préservation et la valorisation du patrimoine palestinien sont au cœur de la politique de coopération française dans les Territoires palestiniens. Placé sous l’autorité conjointe du ministère palestinien du Tourisme et des Antiquités et du Consulat général de France à Jérusalem, le projet a pour finalité de contribuer au renforcement des capacités nationales et locales en matière de conservation, de gestion et de valorisation du patrimoine palestinien.

Il comprend plusieurs dimensions :

  • la création d’un musée illustrant l’histoire et l’identité de Bethléem ;
  • l’appui à la mise en place d’une stratégie palestinienne pour les musées ;
  • la réalisation de formations dans le domaine patrimonial, avec le soutien d’institutions françaises spécialisées.

Le futur musée sera installé dans la « Maison al-Badd » (maison du pressoir à olives), très beau bâtiment du XVIIIème siècle situé dans le centre historique de la ville.

JPEG
Intérieur de la « Maison al-Badd » dans le centre historique de Bethléem

Dans ce cadre, ce partenariat franco-palestinien vise à effectuer la restauration architecturale du bâtiment et sa réhabilitation, à élaborer le contenu du musée, à aménager et à équiper ses espaces et à concevoir et réaliser sa scénographie. Grâce à des fouilles dans le jardin, un volet archéologique ajoute à la connaissance de l’histoire du site tout en enrichissant le contenu du musée et permet une formation archéologique in situ, donnant ainsi à la France l’occasion d’apporter un appui inédit à l’histoire de Bethléem. A proximité de la Basilique de la Nativité, ce lieu permettra enfin de développer l’offre touristique et d’offrir aux visiteurs une perspective historique et culturelle sur la ville et son environnement.

Plus généralement, la mise en place du musée (conservation, restauration, outils d’inventaire, gestion et étude des collections), permet :

  • la fourniture d’une expertise dans les domaines nécessaires à la restauration, afin de revaloriser les techniques traditionnelles locales dans l’art de bâtir : architecture, bois, ferronnerie, paysage ;
  • la formation du personnel du futur musée et de la direction palestinienne des Antiquités à la conservation et la gestion des collections ;
  • l’organisation des contenus du musée (histoire, archéologie, ethnographie, collecte de documents et artefacts) ;
  • la conclusion de partenariats entre organisations françaises (notamment Institut National du Patrimoine, CNRS/Laboratoire d’Archéologie médiévale et moderne en Méditerranée, Musée du Louvre, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles, Compagnons du Tour de France) et palestiniennes, en lien avec les institutions françaises présentes localement (Institut français de Jérusalem, Institut français du Proche-Orient, Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, Alliance française).

L’ensemble de ces travaux se fait en étroite collaboration avec la direction générale des Antiquités et du Patrimoine en charge des musées, mais également avec les principaux acteurs locaux (direction des Antiquités de Bethléem, centre de préservation du patrimoine de Bethléem, police du Tourisme et des Antiquités, universités Al-Quds de Jérusalem et d’Hébron, Mairie de Bethléem, etc.).

Grâce à ce projet de coopération, la France peut mettre au service des Palestiniens son expertise dans le domaine du patrimoine culturel.

JPEG
Le pressoir à olives de la "Maison Al-Badd"

publié le 16/04/2014

haut de la page