Intervention de M. Jean-Marc Ayrault

Merci d’avoir pris l’initiative de ce débat, que vous m’aviez annoncé lors de ma dernière venue devant votre commission, vous savez que je suis à l’entière disposition du Sénat.

(...)

Je ne veux pas conclure ce débat sans évoquer le conflit israélo-palestinien. Certains estiment que les bouleversements en Syrie ont rebattu les cartes et les priorités. Ce n’est pas la position de la France.

Si nous ne faisons rien, il sera bientôt trop tard. Penser que le Levant pourra retrouver la paix sans un règlement de ce conflit est une illusion.

Beaucoup se sont résignés. Ce n’est pas le cas de la France. En rassemblant une trentaine de délégations, à Paris, le 3 juin dernier, nous avons permis que s’exprime la volonté de la communauté internationale de s’engager à nouveau en faveur de la solution des deux États. Nous avons insufflé une nouvelle dynamique : des groupes de travail se mettent en place.

Au Levant, la France agit avec trois principes : lucidité, approche collective et détermination pour aboutir à une paix durable reposant sur la préservation de l’unité des États et la perspective de la création d’un État palestinien.

L’enjeu est essentiel : assurer la paix et la prospérité de cette région, plus que jamais cruciale pour notre propre équilibre et notre propre sécurité. La diplomatie française est mobilisée à cette fin. Je compte sur vous pour nous aider à y parvenir.

publié le 06/12/2016

haut de la page