Israël - Palestine - Réponse de M. Laurent Fabius à une question à l’Assemblée nationale (Paris, 08/07/2015)

PNG
Israël - Palestine - Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à une question à l’Assemblée nationale (Paris, 08/08/2015)

Merci pour votre question qui permet de revenir, comme vous l’avez fort bien fait, sur un conflit qui reste pendant et qui est la grande question israélo-palestinienne. Vous avez eu raison au début de votre question de souligner le risque extrêmement grave que ferait peser l’insertion de daech, en particulier dans la zone de Gaza, car daech, aujourd’hui, c’est la revendication du califat, c’est la torture, c’est l’assassinat... Si daech réussissait à se saisir de la cause palestinienne, on verrait à quel point les ravages seraient immenses.
La France ne baisse pas les bras. C’est la raison pour laquelle je me suis rendu dans la région tout récemment, à la fois pour rendre visite au président égyptien, au roi de Jordanie, au Premier ministre israélien et au président de l’Autorité palestinienne. Au nom de notre pays, j’ai tenu à tous le même langage : on ne peut pas rester en l’état, il faut avancer.
Deux initiatives en particulier sont proposées à nos partenaires. La première, c’est d’élargir le champ de la responsabilité internationale, non pas le quartet qui n’a pas réussi, mais le quartet plus les pays arabes qui ont beaucoup à apporter, plus ceux de l’Europe qui veulent s’investir pour accompagner la solution nécessaire à la négociation. La deuxième, c’est la recherche des paramètres qui permettront de rassembler les uns et les autres dans une résolution aux Nations unies.
J’ai eu un très bon accueil du côté palestinien, du côté des pays arabes, un accueil plus réservé et parfois même difficile du côté des Israéliens, mais la France ne renonce pas, la France ne baissera pas les bras car il en va de la justice, de la sécurité et de la paix.

publié le 09/12/2016

haut de la page