La Foire internationale du Livre a pris ses quartiers à Jérusalem du 8 au 12 février

A l’occasion de la 27e édition de la foire du livre de Jérusalem, l’Institut français de Jérusalem a proposé, en partenariat avec l’Institut français d’Israël, un programme de rencontres autour d’auteurs francophones ainsi qu’une table ronde dédiée au dessin de presse et à la liberté d’expression avec la présence exceptionnelle du dessinateur français Plantu.

L’ouverture de la foire du livre s’est déroulée le 8 février dans l’auditorium du YMCA en présence de Reuven Rivlin, président de l’Etat d’Israël et de Nir Barkat, maire de Jérusalem, qui a remis à l’écrivain Ismaël Kadaré le Prix de Jérusalem - une distinction qui vient récompenser un auteur attaché à la liberté individuelle dans la société. Auteur albanais, Ismaël Kadaré réside en France depuis 1990 et succède dans ce palmarès à Antonio Munoz Molina (Espagne, 2013), Ian McEwan (Royaume Unis, 2011), Haruki Murakami (Japon, 2009), etc.

JPEG

Le consul général de France à Jérusalem, M. Hervé Magro, assistait à cette cérémonie et a organisé un dîner en l’honneur d’Ismaël Kadaré et des invités français participant à cette 27e édition de la foire du livre. Parmi eux, les écrivains Katherine Pancol, Geneviève Brisac, Jean Mattern, Pierre Pouchairet, le poète d’origine irakienne Salah al-Hamdani et de nombreux éditeurs comme Olivier Cohen (éditions de l’Olivier), Sophie de Closets (Fayard) et Vera Michalsky-Hoffman (édition Libella), présidente du Bureau international de l’édition française (BIEF).

Les auteurs français ont par ailleurs participé à des rencontres avec des auteurs israéliens : Michal Govrin (Sur le vif, éd. Sabine Wespieser), Ronny Someck (co-auteur avec Salah Al-Hamdani de Bagdad-Jerusalem, édition Bruno Doucey), et Aharon Appelfeld dont le livre Adam et Thomas vient de paraître en français aux éditions de l’Ecole des loisirs.

JPEG

En clôture de la Foire du livre, l’Institut Français de Jérusalem et l’Institut Français d’Israël ont organisé une table ronde avec des dessinateurs israéliens sur le thème « le dessin de presse : aux frontières de la liberté », à laquelle participait également Plantu, collaborateur du journal Le Monde depuis 40 ans et fondateur de l’association internationale « Cartooning for peace ». Cet échange passionnant, animé par Galit Gaon, directrice du Musée de la bande-dessinée à Holon, s’est déroulé devant plus de 150 personnes.

JPEG

Le film de cette rencontre peut être visionné sur le site Internet de l’Institut Français de Jérusalem – Antenne Romain Gary.

publié le 19/02/2015

haut de la page