La France porte à 10 M€ le protocole de don

A la suite du succès rencontré par le dispositif auprès des entreprises palestiniennes, le ministre de l’Economie nationale, le Dr. Jawad Naji, et le Consul général adjoint, Olivier Plançon, ont signé jeudi 13 décembre, un accord pour une nouvelle tranche de 5 millions d’euros, portant à 10 millions d’euros le montant du protocole de don français au secteur privé palestinien ou « French grant ».

JPEG

Ce mécanisme de financement permet de soutenir le développement des capacités productives palestiniennes (Bande de Gaza et Cisjordanie, dont Jérusalem-Est) en subventionnant la part française d’achats d’équipements et de services. L’aide accordée est plafonnée à 500 000 € par projet et à 35% du financement accordé par l’une des 6 banques partenaires (Arab Bank, Arab Islamic Bank, Al Quds Bank, Bank of Palestine, Cairo-Amman Bank, Egyptian Arab Land Bank).
Dans le cadre de cette nouvelle tranche, les projets situés dans la zone industrielle franco-palestinienne de Bethléem (BIMP) bénéficieront de conditions avantageuses : le don pourra couvrir 50% du financement bancaire et atteindre un maximum de 1 million €.
Le précédent protocole, entré en vigueur en septembre 2010, a permis de soutenir 7 projets pour un montant de 2,3 M€ dans des secteurs variés (industrie agro-alimentaire, imprimerie, restauration, recyclage de déchets, etc .) avec à la clé la création de 247 emplois. 4 projets, approuvés par le comité bilatéral franco-palestinien, sont en cours d’instruction. Ils représentent un engagement de la France à hauteur de 1,5 M€ et contribueront à la création de 142 emplois.

JPEG

Le renouvellement du protocole démontre la confiance de la France et de ses entreprises dans le secteur privé palestinien et la volonté de développer les partenariats entre les entreprises françaises et palestiniennes, dans un contexte financier et économique difficile.
A l’occasion de la signature, le Consul général adjoint a rappelé : « La France est pleinement engagée à contribuer à la création d’un Etat palestinien souverain, démocratique et viable. Le soutien au développement du secteur privé palestinien, que ce soit par le protocole de don français ou d’autres projets majeurs comme la zone industrielle de Bethléem, est une composante essentielle de l’aide de la France à la construction de l’Etat palestinien. »

publié le 15/02/2013

haut de la page