La fête de la francophonie à Gaza

Après le repas (un bon couscous préparé par Rachida la coordinatrice du CCF) le public est venu nombreux au vernissage des 999 portraits installés dans la galerie du CCF par l’artiste française Sarah Alcalay. Robert Horn, l’Attaché culturel, avait précisé dans son discours que l’artiste avait installé 798 portraits faute de place !
Un intrus se cachait dans les portraits et l’ensemble des personnes présentes ont essayé de retrouver cet intrus qui représentait une copie du fameux tableau « Le cri » de l’artiste norvégien Edward Munch.

JPEGLe CCF de Gaza a organisé une journée spéciale ce jeudi 20 mars dans le cadre de la journée internationale de la francophonie.

JPEGPour débuter la journée, à 9 heures, les habitants de Gaza pouvaient écouter une émission spéciale sur radio Al Manar avec les employés du CCF : Ihab, Janet et Iman. Entre chansons et messages d’espoir, ils ont aussi expliqué aux Palestiniens l’importance de la francophonie dans le monde.

JPEGA 10 heures, ce sont les enfants des écoles pilotes et privées, des étudiants du CCF et du département de français de l’université Al Aqsa qui ont donné une représentation dans les jardins du Centre culturel. Au programme : chansons, danses, poèmes et lectures de textes en français avec beaucoup de références aux dix mots de la Rencontre.

JPEGAprès le repas (un bon couscous préparé par Rachida la coordinatrice du CCF), le public est venu nombreux au vernissage des 999 portraits installés dans la galerie du CCF par l’artiste française Sarah Alcalay. Robert Horn, l’Attaché culturel, avait précisé dans son discours que l’artiste avait installé 798 portraits faute de place !

Un intrus se cachait dans les portraits et l’ensemble des personnes présentes ont essayé de retrouver cet intrus qui représentait une copie du fameux tableau « Le cri » de l’artiste norvégien Edward Munch.

Après le vernissage, le public a assisté à deux concerts : l’un avec Jacques Yvart, héritier de Georges Brassens, poète voyageur qui fait vivre depuis 40 ans la chanson française à travers le monde aux sons de sa guitare et de son violon. Puis un autre avec Kissy Wete, artiste d’origine congolaise. Cet enfant de la scène reggae a façonné sa musique en mixant des rythmes et des sonorités venus d’univers très variés : pop, blues, reggae, soul, rumba. Une voix que l’on n’oubliera pas, des rythmes endiablés, des ballades pleines d’humour...

JPEG
Le soleil et la bonne ambiance régnaient dans les jardins du CCF de Gaza pour cette journée spéciale francophonie qui prouvait encore une fois l’importance de la présence française à Gaza !

publié le 01/04/2008

haut de la page