La question de la semaine

Une question posée toutes les semaines par le médiathécaire du CCF de Gaza à des étudiants du centre.
La consigne est de répondre en quelques lignes, en résumant une recherche bibliographique dans la médiathèque et l’opinion du rédacteur.


JPEG

Ihab : Qu’est-ce que la tolérance ?

Filasteen : La tolérance signifie la capacité d’accepter les différences dans les valeurs et les attitudes des autres. La tolérance s’exerce lorsqu’on reconnaît qu’une chose est un mal mais que combattre ce mal engendrerait un mal encore plus grand.

Pour moi, la tolérance c’est un sentiment noble qui n’existe pas maintenant, parce que chacun pense qu’il est l’exemple parfait et qu’ il a le droit de juger les autres. La tolérance c’est avoir la capacité et la force de pardonner et de répondre au mal des autres par un grand cœur d’or. Le fait de tolérer n’est pas de la faiblesse, c’est une force, c’est aussi garder les oreilles ouvertes et accepter et comprendre les autres sans juger.


Patrick : L’Empereur Marc Aurèle écrivait "Accepter la différence c’est s’accepter soit même".

Ne voir l’autre que dans sa différence, c’est refuser de voir ses propres travers. L’acceptation de l’autre en tant qu’entité mène à une vision d’ensemble des êtres et des choses. C’est la vraie définition de la tolérance. Tolérer c’est aussi renoncer. Renoncer à imposer ses idées et partager celles des autres en comprenant que chacun détient une part de vérité et que les parts additionnées forment un tout : l’Humain.

La tolérance n’est pas une obligation, ce n’est pas une règle. C’est un état d’esprit dans le partage et l’amour de l’autre.
Pour y parvenir sans effort, on peut se rappeler que le Bouddhisme démontre l’impermanence de toute chose : le beau, le laid, le bon, le mauvais. Tout disparaît et tout recommence.
Alors tolérons ! C’est la clé de la paix, la voie de la tranquillité d’esprit et de la joie.


Salma : Dieu a nous a créés tous différents, mais il est intéressant de découvrir que, parfois, des éléments nous réunissent même avec nos ennemis.

On réaliserait cela si on ressentait de la tolérance à l’égard des autres et si on ne considérait pas qu’ils soient fautifs en raison de leur différence de nous. En communiquant avec les gens d’autres religions, on réalise que toutes les religions ont la même source et qu’elles ont le même but. On peut trouver les solutions de la plupart des problèmes dans ce concept. Et c’est la même chose avec les problèmes sociaux et politiques.
On partage tous l’amour et l’envie de la connaissance. Dieu nous a créés différents pour que nous coopérions dans notre quête des réponses. Pour tout ça, on doit cohabiter, coexister, pardonner et ne pas tenter la revanche.

Recouvrez toujours votre droit et ne vous vengez pas de quelqu’un pour protéger votre intérêt.
On est tolère premièrement avec les gens qu’on aime, parce qu’ ils le méritent, et finalement avec les gens qu’on hait pour nous protéger nous-même de leur vengeance.


Anonyme : La tolérance est une valeur noble qu’on ne peut exprimer que par ses exemples dans les différentes situations dans la vie. Elle reflète la beauté intérieure de l’homme parce qu’elle est le fait de pardonner. Bien qu’on ait un autre choix, celui de la vengeance, on pardonne tout simplement parce qu’on préfère conserver un cœur plus pur en le sauvant de toute rancœur et haine. A mon avis, c’est un choix qu’on ne regrettera jamais car celui qui tolère ne perd jamais.

En plus, la tolérance nous invite à accepter et à respecter autrui ainsi que sa façon de penser, même s’il est différent.
Prenons l’exemple de la tolérance religieuse ou politique, on trouve que la plupart des problèmes concernant ces sujets sont souvent causés par ces gens qui ne sont pas tolérants et qui n’acceptent que leurs semblables.
Enfin, je vois que pour construire une société civilisée et unie, la tolérance doit être un principale.

publié le 06/11/2007

haut de la page