Le Cinéma palestinien à l’honneur lors de la 61ème édition du Festival International de films de Cannes.

Le film « Milh Hadha Al-Bahr » (Le Sel de la Mer) d’Annemarie Jacir, en compétition officielle dans la sélection « Un certain Regard » à Cannes.
Présence également du film « Five Minutes from Home » de Nahed Awwad au Pavillon « Les cinémas du Sud ».

Annemarie Jacir a présenté son premier long-métrage dans la sélection «  Un certain Regard ».
Il raconte l’histoire de Soraya, 26 ans, née et élevée à Brooklyn, qui décide de s’installer en Palestine, le pays d’où sa famille s’est exilée en 1948. Sa route croise celle d’Emad, un jeune palestinien, qui au contraire d’elle, ne souhaite qu’une chose, partir pour toujours.
Le film est un road-movie qui se passe en Cisjordanie, prétexte à raconter l’histoire de la Palestine.

JPEG

Après « Intervention Divine » d’Elia Suleiman, le film d’Annemarie Jacir est le deuxième film palestinien à être en compétition officielle. Annemarie Jacir est néanmoins la première réalisatrice palestinienne sélectionnée pour le festival.

A ce festival était présent également le film de Nahed Awwad «  Five Minutes from home  », au sein du Pavillon « Les cinémas du Sud ». Documentaire de 52 minutes dont le thème est l’ancien aéroport de Jérusalem, situé entre Jérusalem et Ramallah. La réalisatrice raconte l’histoire de cet aéroport qui fut, avant 1967, le premier aéroport international de Jordanie avant Amman. C’est aujourd’hui une zone militaire israélienne.

Le cinéma palestinien, qui s’appuie sur une nouvelle génération extrêmement talentueuse, a définitivement son mot à dire.
Le Consulat Général de France à Jérusalem a soutenu ces deux films et leurs réalisatrices, et se réjouit de leur présence au sein du Festival International de films de Cannes.

JPEG

publié le 20/11/2008

haut de la page