Le Conseil de sécurité appelle Israël et Palestiniens à cesser immédiatement la violence

28 décembre 2008 – Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé dimanche Israël et les Palestiniens à mettre fin immédiatement à toute violence, alors que des frappes aériennes israéliennes en réponse à des tirs de roquettes par des Palestiniens ont tué 270 personnes et ont blessé plus de 600 autres dans la bande de Gaza.

« Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur grave préoccupation au sujet de l’escalade de la situation à Gaza et a appelé à un arrêt immédiat de toute violence », selon une déclaration à la presse à la suite d’une réunion d’urgence la nuit dernière.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait également exprimé samedi sa sérieuse préoccupation concernant la violence à Gaza et dans le sud d’Israël.

Dans sa déclaration, le Conseil a appelé les parties « à arrêter immédiatement toutes activités militaires » et a souligné la nécessité de restaurer le calme « qui ouvrira la voie à la recherche d’une solution politique aux problèmes existant dans le contexte du règlement palestinien-israélien ».

Les 15 membres du Conseil ont appelé toutes les parties à répondre aux besoins humanitaires et économiques à Gaza et à prendre les mesures nécessaires, y compris l’ouverture des points de passage, afin de permettre aux 1,5 million de Palestiniens vivant à Gaza de d’obtenir de la nourriture, du carburant, des médicaments et d’autres fournitures essentielles.

Des fournitures ont pu entrer à Gaza vendredi, pour la première fois en près de dix jours, après qu’Israël a ouvert quelques points de passage qui avaient été maintenus fermés en raison d’attaques à la roquette par des activistes palestiniens depuis Gaza.

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a appelé Israël à lever le blocus aérien, maritime et routier imposé à Gaza.

“Tout en condamnant les attaques à la roquette par le Hamas qui ont conduit à la mort d’un civil israélien, elle a aussi condamné fortement l’usage disproportionné de la force par Israël qui a entraîné la mort de plus de 270 personnes, dont un grand nombre de civils, et blessé plus de 600 autres », selon un communiqué publié dimanche par les services de Mme Pillay.

Le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, a estimé pour sa part que les frappes israéliennes sur Gaza représentaient « des violations graves et massives » du droit humanitaire international défini par les Conventions de Genève.

publié le 03/03/2009

haut de la page