Le plus ancien programme de mobilité étudiante attire de plus en plus de jeunes Palestiniens

GIF

Postuler au programme d’échange d’assistants de langue, c’est prendre part à un dispositif international fort de 6500 assistants qui accompagnent l’apprentissage des langues étrangères dans les établissements scolaires.

Né en 1905 entre la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne, le programme s’est progressivement ouvert à d’autres états, il concerne aujourd’hui 60 pays et 15 langues étrangères. Ce programme, dont le succès ne s’est jamais démenti, fête ses 110 ans cette année.

Fortement encouragés par le Consulat général de France à Jérusalem qui assure la promotion et le suivi du programme, les jeunes Palestiniens sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à candidater à cette mobilité. Tout en enrichissant leur maîtrise de la langue française et leur connaissance de la France, ils découvrent un métier et contribuent à une approche vivante de la langue arabe dans nos collèges et lycées.

Rim, Ranine, Ahmed, Abdulhamid et Mariana sont actuellement en poste dans les académies de Toulouse, Versailles, Strasbourg, Lille et Aix-Marseille. Ils témoignent d’une expérience passionnante :

Ranine  : « C’est tellement agréable d’être une assistante de langue ! Je suis vraiment très contente, mes élèves sont très motivés et cultivés et les professeurs sont très gentils. C’est une expérience inoubliable et incroyable. »

Rim  : « Je conduis des activités linguistiques et culturelles avec les élèves. J’ai beaucoup parlé de la Palestine, et ce sujet provoque toujours des questions et éveille la curiosité des élèves et même du professeur ! »

JPEG

Abdulhamid : « Je suis au lycée Fénelon et au Lycée Faidherbe de Lille. Avec mes élèves, je prends une histoire arabe comme les Mille et une nuits et on l’étudie. Avec les terminales, on regarde ensemble des films, je pose des questions, j’encourage les élèves à faire des recherches, j’anime des débats. »

Mariana : « Le programme d’assistants est excellent, il m’a ouvert les yeux sur une réalité que je ne connaissais pas, la présence des étrangers dans le système éducatif français et dans la culture française. Cela reste inconnu tant qu’on n’est pas en France. »

Ahmed : « Je suis dans une petite ville alsacienne, cela me plaît car c’est tout petit et très calme. Les gens sont très sympathiques ! Voilà une photo de mon lycée et de mes élèves. »

JPEG

Pendant que Rim, Ranine, Abdulhamid, Ahmed et Mariana envisagent de continuer leurs études en France pour revenir ensuite enseigner en Palestine, sept autres étudiants palestiniens s’apprêtent à vivre la même aventure dès la rentrée 2016. Le programme d’échange d’assistants de langue n’a pas fini de faire rêver.

Pour plus d’informations sur les critères d’éligibilité et les modalités d’inscription, prendre contact avec la gestionnaire du programme :
Marie-Claude MESSAGER, Attachée de coopération éducative :
marie-claude.messager@diplomatie.gouv.fr

publié le 15/11/2016

haut de la page