"Nous demanderons 5.5 milliards USD à la conférence de Paris"

« Nous espérons une bonne réaction des donateurs »

Samir Abdallah à Al Ayyam : « Nous demanderons 5.5 milliards USD à la conférence de Paris pour financer le plan de réforme et de développement

Le Ministre du Plan, Samir Abdallah, a annoncé à Al Ayyam que l’Autorité Palestinienne demanderait à l’ensemble des donateurs réunis à Paris le 17 décembre prochain de financer le plan de réforme et de développement à hauteur de 5.5 milliards de dollars américains. Il a déclaré : « 70% du financement requis sera destiné à l’aide budgétaire et 30% iront à la réalisation de projets dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ».

Samir Abdallah escompte des réactions positives de la part de l’ensemble des donateurs internationaux sur le plan palestinien, surtout après les succès obtenus lors de la conférence d’Annapolis. « Nous espérons une atmosphère très positive autour des questions économiques. Le succès d’Annapolis favorisera le succès de la conférence de Paris alors même qu’il y avait des craintes que ses résultats ne soient pas encourageants et que cela ait des conséquences néfastes sur la conférence de Paris. Le succès important obtenu à d’Annapolis, c’est la création d’une atmosphère positive pour la conférence de Paris » a déclaré le Ministre.

Le plan palestinien est à l’étude depuis deux mois environ. Une version préliminaire de ce plan a été présentée dernièrement à un nombre important de pays donateurs afin qu’ils puissent y apporter leurs commentaires dans l’optique de la conférence de Paris. Celle-ci sera inaugurée par le Président Sarkozy en présence de 90 pays et organisations arabes et internationales. Cette conférence sera la plus importante organisée pour le peuple palestinien depuis la conférence de 1996 qui s’était également tenue à Paris.

Samir Abdallah a indiqué : « C’est un plan à moyen terme qui associe pour la première fois de manière organique les projets de développement à un cadre budgétaire. Cela permet d’unifier l’action du gouvernement dans l’ensemble des domaines économiques. Le budget est un instrument économique comme l’est le projet de plan de développement : de leur union est né un plan de dépense sur 3 ans (couvrant la période 2008-2010). Nous l’avons appelé : plan de réforme et de développement ».

Il a ajouté : « Nous avons commencé à travailler sur ce plan il y a environ deux mois. Il est désormais dans sa phase finale de préparation et doit être présenté aux donateurs le 17 décembre à Paris ».

Samir Abdallah a indiqué qu’un financement de 5.5 milliards USD était nécessaire pour ce plan, afin de combler le déficit du budget et de financer les dépenses nécessaires. Il a ajouté qu’environ 70% serait consacré au financement du déficit budgétaire et 30% à l’aide-projet. « C’est un plan national global qui regroupe les projets en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. Il y a d’importants projets à Jérusalem » a souligné le ministre.

Le ministre du Plan a indiqué qu’une ébauche du plan avait été présentée aux donateurs qui avaient réagi de manière positive et encourageante. « Ils ont obtenu un document palestinien qui est crédible, ambitieux mais également réaliste et qui répond aux priorités nationales palestiniennes. Le plan sera présenté dans deux jours aux conseils du FMI et de la Banque Mondiale afin que ces institutions puissent l’endosser et lui apporter leur soutien » a-t-il conclu.

Abdel Raouf Arnaout

Al Ayyam, 3 décembre 2007

publié le 16/08/2010

haut de la page