Point presse du porte-parole du ministère des Affaires étrangères (05-06-2009)

Concernant la question israélo-palestinienne, le président Obama est resté dans les lignes générales. N’êtes-vous pas frustrés qu’il n’est pas un peu plus détaillé, qu’il n’ait pas dévoilé un plan, une idée, un processus ?

Non seulement nous ne sommes pas déçus, mais nous sommes extrêmement satisfaits de cet engagement fort du président américain en faveur de la paix, notamment au Proche-Orient.

Il avait été clairement annoncé que ce discours ne serait pas l’occasion de proposer un plan de paix entre Israël et les Palestiniens. C’était l’occasion d’affirmer de grandes orientations.

Vous vous souvenez que lors du travail de réflexion européen que nous avions conduit à l’initiative de Bernard Kouchner pendant la Présidence française, nous avions rassemblé les Européens sur un document dit ’’Feuille de route transatlantique’’ où nous avions notamment identifié le Proche-Orient comme un des sujets majeurs pour lequel nous disions deux choses très simples : les Européens sont décidés à faire davantage et de manière coordonnée et nous souhaitons que la nouvelle administration américaine - bénéficiant en plus d’un soutien international très large - s’implique fortement dès le début de son mandat pour mettre tout son poids en faveur de la paix au Proche-Orient. Ce que nous avons entendu hier va dans ce sens, de manière très positive, affirmée, claire et résolue.

publié le 08/06/2009

haut de la page