Point presse du porte-parole du ministère des Affaires étrangères (26-06-2009)

INCIDENT A JERUSALEM

Avez-vous l’intention de protester contre les mauvais traitements infligés à une diplomate française à Jérusalem et quelle sera la suite de cette affaire ?

Nous avons répondu lors du point de presse électronique hier. Je me suis moi-même exprimé à plusieurs reprise dans les médias sur ce sujet. Ce qui s’est passé n’est pas acceptable. Nous l’avons dit à la police israélienne. Nous avons demandé qu’une enquête soit mise en place et qu’elle débouche sur des sanctions. Il y a déjà eu plusieurs incidents pour lesquels nous sommes intervenus à chaque fois pour demander des explications et des sanctions.

Nous avons déjà reçu des excuses des autorités israéliennes dont nous avons pris acte. Nous avons par ailleurs indiqué aux autorités israéliennes qu’il nous paraissait indispensable face à ce type d’incident, et notamment pour ce qui concerne une personne du corps consulaire dans un véhicule diplomatique, que les forces de sécurité respectent le droit international applicable aux agents diplomatiques et consulaires.

Il y a eu plusieurs incidents auparavant. Est-ce que la gravité actuelle de l’incident ne mérite pas une note de protestation ?

Mais nous avons protesté. Nous ne considérons pas qu’il y a un caractère systématique dans ces incidents. Mais nous avons alerté à chaque fois les autorités israéliennes et nous avons demandé une enquête et des sanctions.

Est-ce que cela ne justifiait pas une convocation de l’ambassadeur israélien à Paris ?

Dans cette situation précise il nous a paru important d’exprimer directement aux autorités israéliennes sur place notre mécontentement, de souhaiter que l’enquête ait lieu et de demander que des sanctions soient prises si l’enquête confirme les faits.

A l’occasion de ces incidents vous avez toujours communiqué après révélations des incidents dans la presse. Pourquoi ne pas être plus actif en communication publique et pourquoi attendre que cela sorte dans les journaux pour réagir publiquement ?

Nous n’avons pas attendu que la presse évoque le sujet pour écrire aux autorités israéliennes et pour demander l’ouverture d’une enquête.

S’agissant d’incidents similaires par le passé, est-ce que vous avez eu connaissance de sanctions qui ont été prises par les autorités israéliennes contre les fautifs ?

Nous le vérifierons et nous vous répondrons.

Avez-vous eu connaissance d’un autre incident à Naplouse concernant le centre culturel français qui aurait eu lieu la veille de celui s’étant déroulé à Jérusalem ? Il semble que la France est particulièrement visée dans ces incidents, que ce soit dans le passage de diplomates à Gaza ou de déplacements du Consul général. La France est-elle ciblée par rapport à d’autres pays européens ? Est-ce que vous faites le lien sur ce point avec la position qu’adopte la France dans le dossier proche et moyen-oriental ?

L’incident que j’évoque, qui s’est déroulé mardi, concerne un agent consulaire travaillant à Naplouse. Nous avons eu connaissance d’un autre incident de gravité moindre. Nous avons indiqué aux autorités israéliennes que cela ne nous paraissait pas acceptable.

Par ailleurs, nous n’avons pas le sentiment d’un ciblage contre les personnels diplomatiques et consulaires français. L’épisode qui avait valu la convocation de l’ambassadeur d’Israël en France concernait une situation qui impliquait plusieurs véhicules diplomatiques et plusieurs diplomates européens de nationalités différentes.

ENTRETIEN BERNARD KOUCHNER / BENYAMIN NETANYAHOU

Est-ce que vous avez des commentaires à faire sur le discours qu’a fait M. Mechaal hier à Damas ? Avez-vous des détails à nous donner concernant la rencontre entre M. Netanyahou et Bernard Kouchner ?

S’agissant de votre première question, je n’ai pas de commentaires particuliers à faire à ce stade.

S’agissant de l’entretien entre Bernard Kouchner et le Premier ministre israélien, il faut souligner que l’échange a notamment porté sur le conflit israélo-palestinien et sur l’Iran. Bernard Kouchner a rappelé notre inquiétude devant l’évolution actuelle de la situation en Iran. Il a rappelé notre condamnation de la répression en cours et marqué notre volonté d’agir dans le cadre du G8 et de l’Union européenne.

Il a par ailleurs affiché la volonté de la France d’obtenir par le dialogue et les sanctions le respect par l’Iran de ses obligations internationales sur le volet nucléaire.

Par ailleurs, le ministre a salué la décision de M. Netanyahou d’accepter le principe de la création à court terme d’un Etat palestinien démocratique, moderne, viable et apaisé. Il a rappelé l’urgence que nous attachions à ce qu’il y ait un Etat palestinien créé conformément à ces principes et que cela était l’intérêt d’Israël d’avoir deux Etats vivant côte à côte en paix et en sécurité.

Il a rappelé la détermination de la France exprimée la veille par le président de la République d’un gel total de la colonisation. Cela nous paraît être un geste essentiel pour ramener la confiance et permettre ainsi une relance du processus de paix.

Il y a eu également des échanges sur les volets syrien et libanais du processus de paix, Bernard Kouchner ayant plaidé pour une relance des efforts de paix avec l’ensemble de la région.

PROCHE-ORIENT

Avez-vous des commentaires sur la libération avant-hier par Israël de députés palestiniens ? Dans un même temps, l’Autorité palestinienne aurait libéré une trentaine de prisonniers du Hamas.

Je n’ai pas d’information sur la deuxième partie de votre question. Nous vérifierons cette information.

S’agissant de la première partie de votre question, nous estimons que cette décision est positive. Cela étant, cette libération ne répond pas à la question beaucoup plus large de la détention de responsables palestiniens en Israël./.

Retrouvez le Point presse

publié le 29/06/2009

haut de la page