Premier atelier de coproduction cinématographique franco-palestinien à Paris

Les 23 et 24 novembre 2015, s’est tenu le tout premier atelier de coproduction cinématographique franco-palestinien à Paris, dans les locaux de la Mairie de Paris. Cet atelier fait suite à la signature en septembre 2013 d’un accord de coproduction entre la France et l’Autorité palestinienne, qui vise à favoriser les coproductions cinématographiques entre nos 2 pays. Cet évènement a été organisé par le Consulat général de France à Jérusalem en partenariat avec le Centre national du Cinéma et de l’image animée(CNC), le ministère de la Culture palestinien et la Mission de Palestine en France, ainsi qu’avec le soutien de la Ville de Paris.

La sélection des longs métrages palestiniens (fictions et documentaires) s’est achevée en juillet 2015, grâce à un comité réuni spécialement pour l’occasion. 5 projets ont ainsi été retenus : Green Almonds de Buthina Khoury, The year of the ashes de Laila Abbas, My eyes to my friends d’Ula Tabari, My grand mother Labiba de Khalil Mozian et Momentum de Majdi El Omari.

Grâce au soutien du Consulat général de France à Jérusalem, les réalisateurs palestiniens ont pu se rendre à Paris pour présenter leurs projets aux producteurs français lors de rendez-vous individuels.

Ce premier atelier de coproduction s’est ouvert avec un discours de Pierre-Emmanuelle Leclerc, directeur des Affaires européennes et internationales du CNC, et une intervention de son adjoint Michel Plazanet, présentant le fonctionnement du CNC en France. Le réseau ACE (Ateliers du Cinéma européen) a également été présenté par son directeur général Ronan Girre.

JPEG

Enfin, Marie Legrand, coproductrice française du film Dégradé, premier film issu de l’accord de coproduction franco-palestinien, a apporté aux réalisateurs présents un retour précieux sur son expérience.

La suite du programme de ces deux jours était consacrée aux rencontres individuelles entre les réalisateurs palestiniens et les producteurs français. Chaque rencontre était limitée à 30 minutes pour permettre la multiplication des échanges (40 rendez-vous pris par une vingtaine de producteurs différents).

JPEG

La qualité et la richesse des échanges organisés durant ces deux jours sont très encourageants. Une 2e édition de cet atelier, très attendue à la fois par les réalisateurs palestiniens et les producteurs français, pourrait avoir lieu en 2017.

JPEG

Pour en savoir plus sur la coopération audiovisuelle.

publié le 15/11/2016

haut de la page