Présence d’Ali Silem - novembre 2007

Durant son séjour de deux semaines, Ali Silem a animé un atelier au Centre pour l’enfance de Jalazoune, en partenariat avec EJE, et qui aura permis à une cinquantaine d’enfants d’expérimenter différentes méthodes de peinture. L’enthousiasme dont ont fait preuve tant les enfants que les animateurs, avec un accueil assuré par tout le conseil, ont conforté le CCFA dans sa volonté de développer ce type d’activités dans les camps.

L’atelier s’est ouvert sur un conte raconté par Ibrahim Jamal, à partir duquel les enfants ont travaillé durant les deux jours. Lucia Cristina Estrada Mota a photographié les deux journées, dont les images feront l’objet d’une exposition au cours de l’inauguration du nouveau bâtiment du centre. Par ailleurs, Ali Silem a récolté les œuvres des enfants en vue d’en faire un livre.

Au cours de sa rencontre à l’Académie des arts, Ali Silem a insisté sur sa démarche créative personnelle dans le mouvement majeur à la création duquel il a participé, celui de la peinture du Signe, de la peinture contemporaine algérienne donc. Les notions - contemporanéité, identité, occupation, indépendance... - qu’il a soulevées devraient être autant d’éléments de réflexion à mettre en parallèle avec la peinture contemporaine palestinienne.

Au Département de français de Birzeit, une intervention très attendue a été donnée devant une trentaine d’étudiants et d’enseignants et qui a consisté en une conférence sur la création plastique et poétique en Algérie, entrant dans le cadre de l’enseignement culturel sur la francophonie.

On rappelle enfin qu’Ali Silem était à Ramallah pour le décrochage d’une exposition de ses œuvres présentée au Centre Sakakini, qu’il a animé un atelier de 5 jours à l’université An-Najah de Naplouse, un atelier d’une journée à l’université Al Quds et qu’il a participé à diverses rencontres. Un programme d’une grande richesse et plein de générosité de la part de l’artiste.

publié le 14/12/2007

haut de la page