Redjep Mitrovitsa lit le Condamné à mort, Marche funèbre et Chant d’amour de Jean Genet

A l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Genet, les Centres Culturels Français de Naplouse, Jérusalem, Gaza et Ramallah accueilleront l’acteur français Redjep Mitrovitsa, lisant des poèmes de Jean Genet extraits du Condamné à mort, de Marche funèbre et de Chant d’amour. Cette création proposée par l’association artistique 1000 Cultures a reçu le soutien du réseau des CCF et de Cultures France, et sera présentée pour la première fois dans les Territoires palestiniens avant de tourner en France et à l’étranger.

JPEG

« 2010 célèbre les 100 ans de celui qui reste aujourd’hui comme l’un des plus grands écrivains qu’ait connu le XXème siècle en France : Jean Genet. Figure multiple, fascinante et inquiétante, Genet compte parmi ceux qui auront su le mieux magnifier la langue française. Si cette aspiration poétique traverse toute son œuvre, c’est sans doute dans ses rares poèmes, tous écrits en prison, qu’elle apparaît de la manière la plus évidente. C’est aussi à travers eux qu’il commence à dévoiler une personnalité infiniment riche et complexe, celle d’un homme et d’un gamin alors âgé de 32 ans.

C’est l’acteur Redjep Mitrovitsa, l’une des figures les plus marquantes du théâtre français, qui incarnera la voix, les voix des poèmes de Jean Genet extraits du Condamné à mort, de Marche funèbre et de Chant d’amour, pour traduire dans un même moment les tensions qui parcourent une œuvre où « la violence côtoie la tendresse, le sacré le profane, l’écart la norme » ». (Gauthier Morax, directeur artistique du spectacle Redjep Mitrovitsa lit le Condamné à mort, Marche funèbre et Chant d’amour de Jean Genet)

JPEG

Les textes de Jean Genet devraient trouver en Palestine un écho tout particulier. De 1970 jusqu’à sa mort en 1986, Jean Genet a accompagné les Palestiniens dans leur combat pour l’existence, et leur a consacré de très belles pages notamment dans le Captif amoureux. Paria absolu, Genet ne fut jamais si bien accueilli, comme il le disait lui-même, que par ces femmes et ces hommes chassés de leurs maisons et dépossédés de leur pays.

Calendrier :
- dimanche 2 mai à 18h30 au CCF de Naplouse
- lundi 3 mai à 18h30 au Théâtre National Palestinien (Jérusalem)
- mardi 4 mai à 11h au département de français de l’Université Al-Aqsa (Gaza)
- mercredi 5 mai à 18h à la Fondation Qattan (Ramallah)

Lecture en français, avec surtitres arabes
Traduction : Iskandar Habache
Droits éditoriaux : Gallimard

publié le 30/04/2010

haut de la page