Semaine des ambassadeurs - Extrait du discours de clôture de Jean-Marc Ayrault (2 septembre 2016)

JPEG Au Proche-Orient, d’aucuns pensent que la situation entre Israël et la Palestine, qui se dégrade pourtant chaque jour, n’est pas la priorité du moment ; c’est une erreur car il n’y aura pas de paix dans la région sans un règlement du conflit qui nourrit la violence et la propagande des radicaux de tous bords. Il est de notre devoir de ne pas nous résigner. Il fallait donc prendre l’initiative. Et la présence d’une trentaine de nos partenaires à Paris le 3 juin dernier nous a donné raison. Certes, le chemin est encore très long. Le plus difficile, réunir autour d’une même table Israéliens et Palestiniens, reste à faire. Mais déjà la France est parvenue à remettre le processus de paix à l’ordre du jour. Elle a réussi, grâce à ses efforts, à remobiliser la communauté internationale, les initiatives de certains partenaires parfois modestes mais réelles, comme les États-Unis, l’Égypte et la Russie en témoignent. La France ne se résignera pas et fera tout pour atteindre l’objectif d’une conférence avec les parties d’ici la fin de l’année.

Je redis à nos amis Israéliens et Palestiniens : si vous croyez vraiment que la solution des deux États est la seule possible, osez la mettre en œuvre, prenez le risque de la paix. C’est un choix difficile qui nécessite des compromis douloureux. Il n’y a pas d’alternatives, la France et la communauté internationale seront à vos côtés.

Retrouvez l’intégralité du discours de M. Jean-Marc Ayrault sur le site Diplomatie.

publié le 06/12/2016

haut de la page