Témoignages d’anciens étudiants

- Bâtir des collaborations fructueuses

« Il m’a fallu beaucoup de travail et de courage pour obtenir mes diplômes de DEA et de doctorat, mais je ne les aurais certainement jamais obtenus sans la bourse du gouvernement français. Par conséquent, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui travaillent au Consulat Général de France à Jérusalem pour leur travail honorable ainsi que leur aide précieuse aux étudiants palestiniens.

[Grâce à la société dans laquelle je travaille en France,] j’établis des relations nationales et internationales, qui nous permettront de réaliser un transfert de savoir vers la Palestine dans les années qui viennent. Cela va nous aider aussi à bâtir des collaborations fructueuses entre les universités palestiniennes et les autres universités dans le monde. »

Hamada - Boursier du gouvernement français 2001 - 2005, a obtenu un doctorat en informatique et réseau à l’Université Paris VI


- Rester au service de la Palestine

« J’ai vécu une expérience inouïe en France en dépit de toutes les difficultés auxquelles une jeune palestinienne de 17 ans peut être confrontée. Un défi continuel qui m’a fortifié sur tous les plans : académique, personnel…

Afin de défendre la francophonie et pour « entretenir » ma langue française, travailler dans une institution francophone ou française reste l’idéal tout en restant en service de mon pays, la Palestine. »

Genia - Ancienne boursière du gouvernement français, a obtenu une licence en Français Langue étrangère à l’Université de Franche-Comté

publié le 26/11/2009

haut de la page