Une soirée musicale au Consulat Général, le récital d’Agnès Hubert-Evesque et de Denis Evesque

Vendredi 2 mai, les pianistes Agnès Hubert - Evesque et Denis Evesque sont venus jouer dans les salons de la Résidence du Consulat Général. A quatre mains, ils ont interprété tour à tour des œuvres issues des répertoires slave et français : Moszkowski, Dvorák puis Ravel et Chabrier. Le récital a commencé par l’ouverture de Candide, l’opéra du compositeur américain Léonard Bernstein, grâce à une récente transcription pour piano à quatre mains.

JPEG

Les deux pianistes avaient délibérément programmé des œuvres contrastées faisant succéder aux danses espagnoles du Polonais Moritz Moszkowski trois danses slaves d’Anton Dvorák. La suite Ma mère l’Oye, composée par Maurice Ravel, puis une pièce d’Erik Satie, dont les Trois morceaux en forme de poire ont charmé l’auditoire en rappel, dénotaient par leurs tonalités élégantes et éthérées l’importance de l’orientalisme dans la musique française de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle.

JPEG

Le récital s’est achevé sur une note cubaine, magistralement donnée par une Habanera d’Emmanuel Chabrier, composée en 1885.

Quelque quatre-vingts personnes avaient répondu à l’invitation du Consul général et de son épouse et ont participé, après le concert, à un cocktail en l’honneur des deux pianistes.

JPEG

Agnès Hubert - Evesque et Denis Evesque ont également joué au piano de l’Hospice autrichien de Jérusalem et au Conservatoire National Edward Saïd de Ramallah.

publié le 02/07/2008

haut de la page